Metz chute à Orléans…sans jamais abdiquer

Dimanche 17 octobre 2021- Match équipe première (Fédérale 2) à 15h00

Entre deux matchs à domicile face à des équipes de la région parisienne, nos messins s’offrent un petit week-end entre Beauce et Sologne, du côté d’Orléans. Ne vous fiez pas à la quiétude de la Loire qui coule à deux pas : ça va taper fort avec nos adversaires du jour du Rugby Club Orléans qui affichent de sérieuses prétentions pour une montée en Fédérale 1. Galvanisés par des supporters arrivés en nombre, les Orléanais attaquent fort et veulent rapidement prendre les devants. Après seulement trois minutes sur le rectangle vert, ils passent une première pénalité et un premier essai marqué avec leur ailier visiblement « en cannes » aujourd’hui (10-0, 3è). À ce moment-là du match, on peut objectivement craindre le pire. Mais contre toute attente, nos messins recollent rapidement au score après une superbe sautée dans les 22 adverses et calment les ardeurs du speaker qui voyait déjà nos messins rendre les armes (10-5, 9è). Avec un brin de concentration supplémentaire Metz aurait pu recoller au score comme sur cette pénalité d’Orléans (11è) qui tape la transversale et qui leur permet de récupérer une mêlée dans nos 22. Mais si Metz ne joue pas dans le camp d’Orléans, Metz sait défendre et même très bien gratter l’ovale pour se relancer (17è). Nos joueurs sont même à quelques centimètres de marquer un second essai sur un maul avorté trop précocement (22è). Finalement, c’est Orléans, avec beaucoup de chance, qui récupère un ballon messin dégagé au pied retombant malheureusement directement dans les bras d’un arrière qui va marquer après une course de 50 mètres presque contre le cours du jeu (17-5, 26è). Cinq minutes avant la mi-temps, Orléans profite d’un beau travail en touche suivi d’un groupé pénétrant pour tripler la mise (24-5, 35è). Jusqu’au coup de sifflet de l’arbitre, Metz est toutefois présent et vient jouer dans le camp adverse…qui botte en touche après la 40è comme une équipe finalement pas si sûre que cela de ses forces.

Et cela se confirme dès la reprise avec le deuxième essai messin marqué très rapidement (24-12, 42è). Mais la discipline messine viendra encore ternir la performance du jour après une énième pénalité offerte dans l’axe des poteaux et un nouvel essai orléanais sur une faute rapidement jouée (34-12, 54è). Pourtant, dans le jeu, Metz fait douter le chef-lieu du Loiret. Un superbe coup de pied permet de fixer le jeu dans les 22 adverses et rapidement jouer pour marquer un troisième essai (34-19, 60è). Metz ne lâche rien aujourd’hui mais se retrouve trop souvent en sous-nombre à la faveur d’une indiscipline chronique et encaisse finalement un nouvel essai (39-19, 76è). Un petit dernier avant de partir ?…et bien oui avec ce quatrième essai en force des messins face aux poteaux (39-26, 79è). Le coup de sifflet final résonne quelques secondes plus tard.

Au moment de tirer les premières conclusions de ce match, on retiendra tout d’abord la défaite, car il faut faire preuve d’objectivité. Mais on peut également noter la victoire de la seconde mi-temps (21-15) qui démontre la qualité du jeu messin affiché tout au long de la partie et qui aura fait douter le camp d’en face. Enfin, on pourra aussi se consoler en ayant empêché Orléans de décrocher le point de bonus offensif (dédicace spéciale au speaker). Face à Ris-Orangis, dimanche prochain, il s’agira de renouveler le niveau de jeu affiché aujourd’hui, digne d’un haut de tableau de Fédérale 2… et le niveau de discipline qui va avec.

Groupe retenu : 1 WALTER- 2 MAIAU – 3 ANTON ROUYER – 4 HEVIN – 5 BARD – 6 COSTA – 7 KIMMEL – 8 PERRIN – 9 GUY – 10 VASSEUR – 11 KNAFF – 12 VAINIPO – 13 BONJEAN – 14 SPELETZ – 15 FABRE – 16 KASSES – 17 GUYON – 18 DELEPORTE – 19 STAAB – 20 GALMARD – 21 MATHOUILLOT – 22 ALBERT

Match équipe réserve (Fédérale B) à 13h30

Après le bonus offensif de la semaine passée face à Orsay, on se dit que la tâche sera très certainement moins aisée aujourd’hui. L’effectif mosellan décimé parait bien maigre face à celui d’Orléans ce qui compliquera le travail des coachs au moment des premiers changements.

Mais bien avant cela, dès les premières minutes, Orléans impose son jeu avec beaucoup de vitesse dans ses courses et une grosse présence dans les rucks. Le premier essai messin est encaissé au bout de quelques minutes de jeu (5-0, 5è). Mais Metz reprend progressivement ses esprits et aurait même pu recoller au score si le ballon n’avait pas heurté le poteau sur une pénalité (12è). Orléans revient ensuite rapidement dans le camp messin et double la mise sous la pression de ses avants (12-0, 19è). Metz arrive ensuite à faire vivre le ballon avec ses arrières, mais il y a toujours cette fichue dernière passe qui n’arrive pas dans les mains et qui empêche de transpercer le rideau orléanais, qui avouons-le, est bien en place. Si bien que le point du bonus intervient finalement après le troisième essai d’Orléans peu avant la demi-heure de jeu (19-0, 28è). Les dix dernières minutes de la mi-temps sont pourtant à l’avantage de Metz qui mériterait de recoller au score et pousse dans les 22 adverses. Mais une nouvelle faute vient annihiler nos efforts, pire encore, nous jouons désormais à 14. Orléans en profite pour se donner de l’air et regagner les vestiaires sur le score de 19-0.

Comme si les problèmes d’effectif ne suffisaient pas, Metz joue désormais contre le vent. Ce n’est peut-être qu’un détail pour vous, mais pour eux ça veut dire beaucoup. Ça veut surtout dire deux nouveaux essais encaissés et un score qui commence à piquer les yeux…et les organismes (33-0, 52è). Et que dire lorsque Metz offre cette faute suivie d’une mêlée dans l’axe des poteaux : Orléans dispose des deux côtés pour planter un 6è essai (40-0, 60è). Il faut tout de même souligner qu’à ce moment-là du match, alors que certaines équipes auraient rendues les armes, à aucun moment il n’y a eu de désunion chez nos joueurs. Mais à la faveur de plaquages trop approximatifs et d’une nouvelle sortie de mêlée rondement menée côté orléanais, huit essais viendront finalement garnir la soute à bagages de nos réservistes : score final 50-0.

Après la victoire de la semaine passée, Metz revient sur terre avec un atterrissage qui fait mal. Mais il serait trop facile de tirer à bouler rouges sur nos joueurs restés fanny aujourd’hui. Rendons plutôt hommage à ceux qui ne se sont pas défaussés à l’heure de monter dans le bus pour ce périlleux déplacement face à une équipe largement plus armée. Heureusement, pas le temps de cogiter : la réception de Ris-Orangis dimanche prochain sera l’occasion de remobiliser les troupes et reprendre des points dans cette course aux phases finales.

Groupe retenu : 1 BROUSSE- 2 DALMARD – 3 MASSIP – 4 OBSTETAR – 5 DELEPORTE – 6 ZANARDINI – 7 RAFFLEGEAU – 8 FABING – 9 GRENIER – 10 GUERIMAND – 11 MATHOUILLOT – 12 ALBERT – 13 CELIC – 14 CONSTANT – 15 AIT EL KAID – 16 WEILLER – 17 PREDEAU